top of page

Un homme me disait que mon consentement ne valait rien

J’avais la jeune 20aine, peut-être pas encore 20ans. Je venais d’emménager à Montréal et dans mon ancienne ville, j’étais suivi en psychiatrie. On a référé mon dossier à un CLSC qui m’a dit que mon cas était trop léger pour être pris en charge là. Le CLSC m’a aidé a trouvé un médecin qui voulait bien gérer mon cas. Il se trouvait dans une résidence privée pour personnes âgées. Il m’a demandé de m’allonger pour faire son examen. Il a déboutonné mon pantalon lui-même et l’a baissé un peu puis plus et a fait comme s’il allait l’enlever complètement en riant. Après l’examen, il m’a demandé si j’avais des relations sexuelles avec mon conjoint et m’a fait un plaidoyer pour lui faire plaisir sexuellement même s’il n’était pas gentil, même si je n’en avais pas envie. Il m’a expliqué que les hommes ont des désirs et que les femmes doivent y répondre. Je n’ai pas été capable de dire quoique ce soit, j’étais complètement figée. Un homme me disait que mon consentement ne valait rien, que mon corps était un objet alors que j’ai déjà été violée.

Σχόλια


bottom of page