top of page

Le jour de l’examen, on m’installe les pieds dans l’étrier et j’y patiente p

Suite à des infections urinaires à répétition et une hospitalisation pour une pyélonéphrite (infection montée aux reins), je rencontre une résidente en urologie. Elle me dit que son superviseur aimerait que je passe une cystoscopie (examen par caméra via le méat urinaire pour vérifier l’état de la vessie, notamment). Le jour de l’examen, on m’installe les pieds dans l’étrier et j’y patiente pendant quelques minutes, le sexe à l’air. Du personnel vient alors remplir l’armoire devant moi… alors que je suis écartée sur une table bien visible! La résidente arrive, mais ne se présente pas comme résidente. Je l’avise que j’ai eu des recrudescences de douleurs dans les derniers jours. Elle procède à l’examen (ce qui est contre-indiqué). La caméra me déchire de l’intérieur, comme si elle poussait du verre à chaque mouvement. Je lui demande une pause pour pouvoir reprendre mon souffle alors que je gémis, moi qui supporte habituellement la douleur. Non seulement elle continue en disant qu’elle a presque terminé, mais un dude random, que je n’ai jamais vue, apparaît à mes côtés. Elle retire la caméra et il me dit : « On pense que tu n’as pas d’infection urinaire, on va te donner un médicament. » Et il quitte. Je demande à la résidente si c’est un antibio, elle me répond que non et quitte aussi. L’infirmière me chuchote: « je crois que c’est un antidouleur… »

Kommentare


bottom of page