top of page

Je me suis sentie jugée par cette médecin, jugée sur mon poids, jugée sur mon poil

J’ai deux enfants, et je souhaite un stérilet en cuivre comme contraception. J’ai un suivi régulier avec une médecin de famille extraordinaire, mais pour avoir un stérilet, je dois procéder avec le département de planning de l’Hôpital. Mes deux dernières grossesses – dont la dernière remontait à six mois – ainsi que la prise d’une médication connue pour ses effets secondaires sur la prise de poids, font que je n’ai jamais perdu ce « gras de bébé » datant de mon premier enfant. Selon mon IMC, je suis en surpoids, près de la limite de l’obésité – et j’en suis consciente, pas besoin de me le rappeler, merci beaucoup! La médecin du planning insiste pour me mettre un stérilet hormonal et pour me donner les pilules du lendemain en prévention. J’insiste en précisant que je ne prendrais aucune hormone en raison d’effets secondaires très handicapants, que je connais avec ma prise de contraception hormonale dans le passé. Elle insiste à son tour, mais comme je suis vraiment décidée et que je suis la candidate idéale pour le stérilet en cuivre, elle finit par respecter mon choix. La médecin panique en raison de mon poids et est convaincue que je fais du diabète, au mieux je fais du pré-diabète. De plus, j’ai assurément des problèmes avec ma glande thyroïde, car j’ai une très forte pilosité. Je considère avoir une pilosité normale, mais je ne m’épile pas du tout, que ce soit l’hiver ou l’été, ni le pubis, ni les jambes. Je crois que cette médecin n’est simplement pas habituée de voir des femmes avec du poil, tout simplement. Je suis venue pour une question de contraception et j’en suis ressortie avec des jugements et avec des diagnostics non fondés. Je me suis sentie jugée par cette médecin, jugée sur mon poids, jugée sur mon poil.

bottom of page