top of page

Je fais maintenant des crises d’angoisse à l’approche de mes examens à cause du comporte

Lors d’un examen gynécologique, mon médecin de famille m’a trouvée 3 gros polypes sur le col de mon utérus. Elle les a enlevés sans anesthésie, car, selon elle cette intervention n’était pas douloureuse. Par la suite, parce que mon cas était jugé compliquer, j’ai été transféré à une gynécologue qui elle aussi, ne m’a jamais anesthésié pour l’enlèvement mes autres polypes (et ce à 3 reprises). Tous m’ont affirmé que l’intervention n’était pas douloureuse alors que j’ai eu des crampes pendant plusieurs jours après les interventions. Aucun antidouleur ne m’a été donné malgré le fait que j’ai mentionné la douleur. On ne m’a jamais expliqué la raison de la présence de mes polypes. Lorsque j’ai demandé plus d’information (parce que des polypes c’est quand même de petites tumeurs et c’est inquiétant) ma gynécologue m’a répondu « Demande à ton Dieu » ce qui est une manière assez condescendante et insensible de répondre aux inquiétudes d’un patient. Les médecins que j’ai rencontrés ont toujours utilisé un spéculum trop grand ce qui me fait atrocement mal. À chaque fois, je leur dis d’en prendre un plus petit, mais il insiste pour en utiliser un grand. Lorsqu’il réalise que le spéculum est, en effet, trop grand et j’ai mal, il coopère, mais il est trop tard. Je fais maintenant des crises d’angoisse à l’approche de mes examens à cause du comportement de mes médecins. Mes menstruations ont toujours été douloureuses, mais chaque médecin rencontré a blâmé la douleur sur le fait que je suis une femme. Aucun examen n’a été effectué. On ne m’a que prescrit plus de médicaments. Comme si avoir mal faisait partie de la condition féminine.

bottom of page