top of page

Femme sans-enfant par choix et gynécologues bornés

Par Ioana

Peu de gens semblent le croire, mais il est possible qu’une femme ne veuille pas être mère. Je ne m’attends pas à ce que la société fasse rapidement l’effort de comprendre cela, mais j’aurais apprécié plus d’ouverture de la part du personnel soignant. Je n’ai jamais voulu d’enfant et n’en voudrai jamais. Je suis autant habile avec un bébé que Donald Trump avec les États-Unis. C’est donc une très mauvaise idée de me mettre la responsabilité d’une vie humaine entre les mains.  

J’ai des plans de vie qui ne concordent pas avec la maternité. J’ai toujours eu des problèmes hormonaux. J’ai commencé ma puberté à 8 ans et cette puberté hâtive m’a amené, entres autres, des seins trop gros que j’ai fait réduire à l’âge de 23 ans. Mes menstruations ont toujours été si douloureuses (merci endométriose)  que je devais me droguer aux antidouleurs à chaque mois. Bref, rien de joyeux.

Ne voulant ni enfant ni menstruations, j’ai commencé à consulter une gynécologue. J’ai pris la pilule et 20 livres plus tard, je suis retournée la voir, fâchée, et je lui ai demandé de me retirer l’utérus pour que je n’aie plus jamais de problèmes. Je lui ai expliqué que je ne voulais pas d’enfants et que j’étais prête à signer une décharge. Les préjugés de certains gynécologues sont violents : ‘’Mais c’est le but de votre existence! Vous êtes jeune et célibataire, vous ne savez juste pas encore que vous en voulez’’. Bref, à les entendre, je ne me connais pas et à cause de leur déni de mon non-désir de maternité, je devrais endurer des méthodes contraceptives qui m’amènent des problèmes. Je prends aujourd’hui le timbre, mais ce n’est pas donné. Je dois donc payer pour ne pas endurer des menstruations pour un enfant que je n’aurai jamais.

Les gens s’approprient le corps des femmes, ou des personnes s’identifiant comme tel, en commentant non-seulement leur apparence, mais aussi leurs choix en matière de reproduction. Les femmes se font infantiliser dans le sens où quand elles disent « non » à la maternité, elles se font dire qu’elles sont trop jeunes pour décider ça. Depuis quand l’âge veut dire qu’une femme ne se connaît pas assez pour faire ce choix?

Être jeune ne veut pas dire qu’on ne sait pas ce que l’on veut dans la vie. Au contraire, nous sommes assez matures pour ne pas se conformer à cette société qui nous dicte de devenir mères et ainsi, faire un enfant non-désiré qui sera peut-être mal-aimé. Il est plus que temps de respecter ces femmes et de cesser de leur imposer une vision unique de « La Bonne » utilisation de leur système reproducteur.  Bref, dans la tête des gynécologues, une femme qui ne veut pas d’enfants, ça existe autant que le Père Noël.

Posts récents

Voir tout

« Toute est dans Toute »

Violence systémique, ce terme chargé qui suscite l’indignation chez certains.es et constitue un sujet sensible pour d’autres. Que symbolise-t-il vraiment? Dans le contexte médical, le terme « systémiq

Non, ce n’est pas « normal »

Violences obstétricales. Cela ne fait pas si longtemps que ce concept fait partie de mon vocabulaire, que j’ai compris sa signification et que j’ai cessé de normaliser les expériences vécues de cette

コメント


bottom of page