top of page

Dans ma tête d’adolescente, il était au-dessus de tout, car il était médecin

Quand j’ai eu 14 ans, on a trouvé un kyste dans mon sein. On m’a donc conseillé de prendre la pilule contraceptive. Pour ce faire, ma mère m’a référé à son gynécologue: un vieil homme amer et rustre qui lui avait déjà dit de « fermer sa gueule » tandis qu’elle accouchait de moi. Le jour J, je m’y rends seule. Sur la table d’examen, je ne comprends pas ce qu’il va faire. J’ai 14 ans et c’est la première fois que je vais chez le gynécologue. Quand il me palpe l’utérus, il entre deux doigts sans avertissement (alors que je n’avais pas encore eu de relations sexuelles). Je me contracte et il se plaint, me disant de me détendre. Une fois l’examen passé, il me jette des mouchoirs sur le ventre. Ne sachant pas qu’il avait utilisé du lubrifiant et que c’était pour essuyer le surplus, je lui ai demandé pour quoi c’était. Il m’a répondu: « C’est ton cadeau de Noël » en sortant de la pièce. C’était en juin. Comme on m’a dit qu’il était toujours ainsi, je n’ai pas insisté pour changer de gynécologue. J’allais à tous mes rendez-vous avec anxiété. Je n’ai jamais su que c’était anormal la façon dont il m’avait traité. Dans ma tête d’adolescente, il était au-dessus de tout, car il était médecin.

Comentarios


bottom of page