top of page

Écarte les jambes, ce sera plus rapide

Lors de mon premier suivi de grossesse (deuxième grossesse) j’ai signifié à ma gynécologue que je ne souhaitais pas avoir d’examen vaginal, car mon dernier examen gynécologique régulier avait été fait déjà récemment.

La gynécologue a insisté. Quand je lui ai demandé la raison de l’importance de l’examen elle m’a répondu: « pour vérifier que tout est conforme » sans arriver à me donner plus d’information concrète et en se faisant insistante. Mal à l’aise et voulant juste en finir avec le rendez-vous j’ai donc accepté en disant « ok je vais aller me changer (dans la salle de bain prévue à cet effet dans la salle d’examen) ». Elle m’a répondu que ce n’était pas nécessaire. J’ai dit que je préférais aller mettre la jaquette et elle a encore insisté « non non, monte sur la table, fais juste baisser ton pantalon et écarte les jambes, ça sera plus rapide ». À ce point j’étais assez mortifiée, je me suis dit que j’étais mieux d’accepter, en finir rapidement, sortir de là et changer de gynécologue pour le reste de mon suivi. Elle ne m’a pas laissé être seule et ne m’a même pas tourné le dos pour me laisser un minimum d’intimité pour me dévêtir. Pendant qu’elle m’examinait, elle m’a demandé l’âge de ma première (deux ans) et en apprenant que je l’allaitais encore, sans poser plus de questions, m’a dit que je devrais commencer à la sevrer afin que ma fille ne se sente pas abandonnée une fois la naissance du bébé. Lors de mon accouchement, après beaucoup d’anxiété à l’idée que ce soit elle de garde au jour J, j’ai été heureuse d’accoucher un jour où c’était un autre médecin. Je suis restée à la maison le plus longtemps possible afin d’éviter au maximum les procédures. En arrivant à l’hôpital, l’infirmière m’a demandé de me coucher sur le dos afin de faire mon tracé et vérifier la dilatation. J’ai dit que j’étais certaine d’être vraiment en travail, j’ai demandé qu’elle ne me force pas à rester sur le dos après la vérification du col, car mes contractions étaient rapprochées et très douloureuses. Elle me confirme que j’étais à 7 cm donc travail bien entamé. Malgré mon insistance elle a absolument voulu que je reste étendue pendant un bon 30 minutes. Je n’ai ressenti aucune empathie et aucune écoute de sa part devant mon affirmation que je devais bouger et être debout pour mieux gérer ma douleur. Mon expérience d’accouchement en milieu hospitalier a été l’élément clé dans notre décision de ne plus avoir d’enfants pour ne plus vivre ce stress et ce sentiment de ne pas être écouté.

Comments


bottom of page